30 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris - 1er étage - Tél. 01 53 70 43 21

Nutrition et mal de dos

Le Dr Corinne Chicheportiche-Ayache, Médecin Nutritionniste à Paris 16ème, vous explique les reltions  entre le poids corporel et les maux de dos.

 

Les patients présentant un surpoids ou une obésité sont de plus en plus nombreux et leur nombre continue de croître en dépit d’importantes mesures préventives nutritionnelles initiées notamment par les Autorités de Santé. Les dernières données issues du registre Français OBEPI*font état d’une population dont plus de la moitié des adultes est soit en surpoids (IMC**entre 25 et 30), soit obèses (IMC > 30). Les complications multiples, sévères et invalidantes de cet excès de poids ne sont plus à démontrer. Les plus redoutées et les plus citées spontanément par cette même population sont celles d’ordre cardio-vasculaires.

Néanmoins, l’impact fonctionnel et l’altération de la qualité de vie des patients en surpoids ou obèses, présentant des lombalgies ou lombosciatiques récurrentes et invalidantes, est quasi omniprésent lors des consultations de nutrition. Dans une étude scientifique internationale réalisée auprès d’un échantillon de 2600 personnes, les résultats sont sans appel : le surpoids augmente de 30% le risque de souffrir d’une dégénérescence des disques intervertébraux et ce risque est majoré à 70% pour les patients obèses.

Les disques intervertébraux sont des structures arrondies de consistance gélatineuse positionnées entre les vertèbres. Ils ont un rôle d’amortisseurs et de stabilisateurs pour l’ensemble de la colonne vertébrale et permettent ainsi ses mouvements. Leur usure avec l’âge est physiologique : ainsi ils sont moins souples et  perdent de leur élasticité. Cette usure est accélérée par des traumatismes physiques répétitifs, une mauvaise mécanique ou des mauvaises postures mais aussi par l’excès de poids. Un kilo supplémentaire sur la balance c’est 5 kilos en plus pour chacune des vertèbres … !! Les disques intervertébraux sous l’effet de cet excès de poids sont comprimés. Ils peuvent être alors le siège de déchirures  au niveau de leur couche externe (anneau), provoquant ainsi des douleurs essentiellement de siège lombaire. Sous l’effet de ces compressions intervertébrales, ces déchirures peuvent s’amplifier et permettre à la couche gélatineuse interne  (noyau) de se déloger de sa position habituelle : c’est l’hernie discale pour laquelle la douleur est provoquée par la compression des nerfs rachidiens ou de la moelle épinière.  

 

La bataille contre le poids est donc essentielle. Chaque kilo perdu soulage chacune des vertèbres de l’équivalent d’une charge de cinq kilos.Pour autant, cette perte de poids ne doit pas se faire aux dépens de la masse musculaire, essentielle pour la bonne posture et la bonne dynamique du dos. En effet, la fonte musculaire au niveau des muscles du dos ne pourrait que majorer les lombalgies pré-existantes. 

Les objectifs de la prise en charge nutritionnelle des patients souffrant de lombalgies ou de lombo-sciatiques sont ainsi multiples et toutes incontournables :

  1. Réduire le poids corporel afin de soulager la pression sur les disques intervertébraux 
  2. Mettre en œuvre des principes diététiques permettant de maintenir le capital musculaire au travers un apport sécurisé en protéines, cette approche étant complémentaire des exercices de kinésithérapie et de reprise de l’activité physique prescrits par l’équipe médico-chirurgicale.
  3. Ancrer de nouvelles habitudes et de nouveaux comportements alimentaires. La relation à l’alimentation et sa dimension émotionnelle si elle n’est pas prise en compte, explique souvent les échecs répétitifs des régimes divers et variés qui ont pu être suivis. Elle est donc nécessaire pour l’obtention de résultats durables.
  4. Dépister et prendre en charge les éventuelles complications métaboliques associées à ce surpoids (Hypertension, Diabète, Hypercholestérolémie, etc ...)