30 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris - 1er étage - Tél. 01 53 70 43 21

Actualités


QUELQUES SUJETS D'ACTUALITÉ DECRYPTÉS :

Découvrez quelques "Super aliments" en vidéo 

Vidéo Algues marines

Vidéo Oléagineux 

Vidéo Baies de Goji 

Vidéo Graines de chia 

Voici les fêtes de fin d'année ! Quelques conseils pour aborder avec sourire et enthousiasme ces instants conviviaux entre amis et famille

                                                  

Des conseils en 3 temps : Avant, pendant et après le jour J

  •     Dans la journée précédant le repas fesif :
    • La "fausse bonne idée" est de jeûner ou de se mettre en restriction ( alimentation trés limitée par exemple à quelques légumes ou un fruit ou encore un unique bouillon ). Selon le même principe il convient de ne pas sauter de repas. Pouquoi ? Parce que l'on risque de se retrouver affamé et en totale frustration ! Les premiers aliments sur lesquels on risque de se précipiter sont les pièces d'apéritif ou de cocktail : toasts, feuilletés, gâteaux apéritifs, cacahuètes, etc... Sans oublier que si l'on est assoiffés, la consommation d'alcool pourra être importante et ce, dés le début de la soirée.
    • Prévoir un déjeuner riche en fibres ( légumes, fruits) en n'oubliant pas une petite portion de féculents (pâtes, riz, lentilles, quinoa, etc..) afin de provoquer une satiété correcte et durable. Eviter les aliments riches en matières grasses ( fromages, charcuteries, panures, fritures, plats en sauce, pâtisseries) et les sucreries.
    • Prendre une collation vers 17H00 : Un fruit et/ou une petite poignée d'oélagineux en fonction de la faim (6/8 amandes non salées et non rôties) accompagnés d'une boisson chaude (thé vert par exemple pour ses grandes qualités anti-oxydantes).  Les amandes sont particulièrement riches en fibres et elles procurent une très bonne satiété permettant d'arriver à la soirée dans un état d'apaisement et sans être affamé
  • Le repas de réveillon  :
    • Quelques principes généraux:
      • Ne pas se priver
      • Manger de tout en petites quantités
      • Respecter sa faim mais aussi sa satiété
      • Les repas sont souvent longs : Profitez en pour bien mastiquer et déguster .. Ainsi même de petites portions seront source de grand plaisir !
      • Eviter les produits sucrés ainsi que le pain blanc
      • Sortez de table régulièrement pour faire une pause afin de prendre consience de votre niveau de rassasiement
    • Quoi manger ?
      • On privilégiera les fruits de mer et les crustacés :
        • Ils sont peu caloriques
        • Ils sont riches en protéines de très bonne qualité, en zinc, en vitamine B12 et en Iode
        • On les consommera avec du citron ou du vinaigre aux échalottes en limitant la consommation de pain, de beurre et de mayonnaise
      • On organisera le repas autour des traditionnelles volailles (chapons et dindes) pauvres en calories quand on retire la peau et riche en protéines 
      • On accompagnera généreusement cette volaille avec des légumes en poelées ou en purées ( pauvres en matières grasses)
      • On limitera la consommation de féculents ( purée de marrons ou  pommes duchesse par exemple); la consommation de pain représentant déjà suffisamment les apports en sucres complexes du diner. Ils permettront des apports en fibres et ont un pouvoir satiétogène certain
      • La consommation de saumon fumée est la bienvenue de part sa teneur en oméga 3
      • Le foie gras est un produit par essence trés gras mais la qualité de ses matières grasses est notable ! En effet, on retrouve une quantité importante d'Acides Gras Mono Insaturés très protecteurs sur le plan cardio-vasculaire ( ce sont ces mêmes acides gras que l'on retrouve dans l'huile d'olive, pierre angulaire du régime crétois). C'est un produit par ailleurs très riche en Vitamines du Groupe B, dont certaines sont impliquées elles aussi dans la protection cardio-vasculaire. La consommation du fois gras est donc nutritionnellement satisfaisante. Tout est question comme toujours de fréquence et de quantités. 
      • On privilégiera un pain multicéréales
      • On terminera par une bûche plûtôt glacée que pâtissière car sa teneur en matières grasses est moins importante
      • On tentera de limiter les aliments en sus de ce diner déjà festif : fromages, chocolats, toasts, etc..
    • Que boire ?
      •  S'astreindre à une consommation raisonnable d'alcool (2 à 3 verres maximum dans la soirée)
      •  Essayer de ne pas mélanger les différents types de vins ... un réveillon au champagne pourquoi pas ?
      •  Avoir deux verres à table ( un pour l'eau et un pour la boisson alcoolisée) afin de se réhydrater avec l'eau ( il fait souvent chaud dans la pièce et la digestion produit aussi de la chaleur !)
      •  En effet, les conséquences ne sont pas neutres:
        • La traditionnelle "gueule de bois" et son cortège de symptômes ; céphalées, fatigue, deshydratation , etc ...
        • Les insomnies
        • Les apports caloriques importants

 

                                                      

  • Le lendemain :
    • 2 Objectifs doivent être poursuivis:
      •  Eliminer les excès en menant une courte cure "détox" sur la journée
      •  Se réhydrater
    • Privilégier  la consommation de fruits (ananas, citrons, kiwis, oranges) et de légumes ( radis noir, artichaut, choux, betterave, céleri, carottes, poireaux, avocat, etc.;)  ayant des propriétés drainantes et détoxifiantes . Ces derniers sont riches en anti-oxydants de toute sorte: Vitamines C et E, caroténoïdes ( dont le béta-carotène), les polyphénols et quelques minéraux et oligo-éléments anti-oxydants ( sélénium, cuivre, zinc et manganèse)
    • On doit privilégier les jus de légumes maison ou les soupes qui auront le mérite de réhydrater

 

  • Il est souhaitable de limiter les apports en matières grasses et assaisonner les légumes plutôt avec des herbes aromatiques les légumes
    • On évite le thé, le café et les alcools et on  privilégie des tisanes à base de reine des prés, menthe poivrée, citron et fenouil par exemple
    • On consomme des produits laitiers enrichis en ferments lactiques
    • On se méfie des restes des repas de fêtes .. on distribue à la fin de la soirée pour ne pas avoir à en consommer dans les jours suivant les festivités !

                              Trés belles fêtes de fin d'année à toutes et à tous !

_________________________________________________________________________________________

Campagne de prévention sur les maladies Cardio-vasculaires chez la femme : Un décalage entre la réalité et la perception qu'en ont les femmes !      

  • Les maladies cardio- vasculaires  sont essentiellement les maladies des artères coronaires (angor et Infarctus du Myocarde), les Accidents Vasculaires Cérébraux et les artériopathies oblitérantes des membres inférieurs (atteinte des artères des membres inférieurs)
  • La réalité : Des chiffres choc
    • Les maladies cardio-vasculaires restent la première cause de mortalité dans le monde hommes et femmes confondus                    
    • 1 femme sur 3 meurt de maladie cardio-vasculaire soit 8 fois plus que du cancer du sein
    • Dans 50% des cas, le tabac est incriminé
  • La perception des femmes:
    • C’est une maladie qui concerne surtout les hommes
    • On est protégées par nos hormones sexuelles (oestrogènes) avant la ménopause et donc rien ne peut arriver avant !
    • On connaît bien la symptomatologie ! (douleurs typiques en étau avec une irradiation vers a mâchoire et le bras gauche). Or chez la femme elle peut être trompeuse : cela peut être une fatigue très intense, un état nauséeux persistant, des difficultés à respirer, etc … retardant souvent la prise en charge médicale et entamant ainsi le pronostic
  • Or la prévention est essentielle dans la prise en charge des maladies cardio-vasculaires
    • Il existe de nombreux facteurs de risque cardio-vasculaires:
      • Certains ne sont pas modifiables : on ne peut rien y faire ! ce sont essentiellement  son âge et ses antécédents familiaux cardio-vasculaires
      • Les nombreux autres sont modifiables et représentent donc d’exceptionnelles opportunités de prévention
        • L’hypertension artérielle, le diabète et l’hypercholestérolémie sont des pathologies qui augmentent le risque cardio-vasculaire : Elles sont facilement détectables et traitables !
        • Certains éléments du mode de vie sont aussi des facteurs de risque Cardio-Vasculaires :  Le tabagisme, la sédentarité, le surpoids ou l’obésité !
        • Le statut hormonal :
          • La prise de contraception orale doit être évaluée en regard des autres facteurs de risque et être fortement déconseillée si associée au tabagisme
          • L’indication à un Traitement Hormonal Substitutif après la ménopause est à discuter avec son médecin traitant
  • Une démarche de prévention des maladies cardio- vasculaires chez la femme est donc à renforcer en
    • Augmentant la connaissance  par les patientes de leurs facteurs de risque cardio-vasculaires
    • Modifiant leur mode de vie
    • Etant actrices de leur santé cardio-vasculaire dans leurs interactions avec les médecins (connaissance et compréhension notamment des chiffres-clés : Tension Artérielle, Tour de Taille, Indice de Masse Corporelle, Glycémie à jeûn & taux de cholestérol lorsque le contrôle est justifié
  • Quelques clés d'une bonne prévention cardio-vasculaire
    • Arrêter de fumer surtout si on prend une pilule contraceptive !
    • Pratiquer une activité physique régulière : Au moins 150 minutes/semaine
    • Contrôler son poids afin d'éviter le surpoids et l'obésité
    • Privilégier une alimentation de type méditerranéenne:
      • Abondance de produits céréaliers complets.
      • Abondance de fruits et de légumes.
      • Abondance d'ail, d'oignon, d'épices et d'aromates.
      • Utilisation de l'huile d'olive comme corps gras.
      • Consommation quotidienne de légumineuses, de noix et de graines.
      • Consommation quotidienne de yogourt et de fromage.
      • Consommation quotidienne, mais modérée, de vin rouge.
      • Grande consommation de poisson (plusieurs fois par semaine).
      • Consommation limitée de poulet et d'oeufs (quelques fois par semaine).
      • Consommation limitée d'aliments sucrés (quelques fois par semaine).
      • Consommation très limitée de viande rouge (quelques fois par mois).
    • Adopter un comportement alimentaire régulé ( temps de repas pour une meilleure gestion des volumes, respect des signaux physiologiques que sont la faim et la satiété)
    • Parlez en régulièrement avec votre médecin pour connaître et évaluer vos facteurs de risque cardio-vasculaire


La taille format A4 : Une folie venue de Chine qui fait rire jaune les médecins nutritionnistes

Les réseaux sociaux  diffusent depuis quelques semaines les photos de jeunes filles chinoises qui semblent lancer un  défi à leurs homologues du reste du monde : Présenter une taille qui disparaît derrière une feuille de papier A4, soit 21 cm.  Cette nouvelle lubie n’est pas sans danger et à l’instar entre autres  du « Tigh gap », écart entre les cuisses, elle est sans nul doute  un marqueur supplémentaire, particulièrement à l’œuvre dans les milieux plutôt favorisés et éduqués, d’une société où le diktat de la norme s’impose. Ce contrôle permananent de la silhouette, du poids et son image favorisent  encouragent  les Troubles du Comportement Alimentaire et notamment l'Anorexie Mentale.

Sans vouloir être alarmiste, il est important que les parents soient conscients que leurs jeunes adolescentes se construisent en se comparant aux autres et en cherchant l'approbation dans le regard de leur entourage. Dans notre société où les outils dédiés à l'image sont nombreux ( instagram, snappshat, facebook, etc..) et amplifiés par un mode de communication virale ( génération Y); l'impact de ces images est majeur : il encourage la comparaison, l'obession de formes supposées parfaites et provoque ainsi de fait de fortes souffrances et une altération de l'estime de soi.

Bref, tout est réuni pour favoriser l'émergence de Troubles du Comportement Alimentaire ...

Alors que faire quand on est parents ?    

1- Etre attentifs sans être pressifs sur le sujet ( attention aux petites remarques sur le poids ou la silhouette qui si elles sont bienveillantes peuvent être perçues comme dévalorisantes par les adolescentes)

2- Proposer aux enfants en adoptant soi-même ( rôle majeur de l'exemplarité) un mode de vie sain et équilibré en s'assurant de ne pas édicter d'interdit alimentaire et de préserver le plasir de la table


Un logo de couleur pour visualiser en un coup d'oeil la qualité nutritionnelle d'un produit .. Tentant !!

A l’heure où les consommateurs sont de plus en plus encouragés à évaluer la qualité nutritionnelle des aliments, un certain nombre d’initiatives sont régulièrement relatées dans la presse Elles sont destinées à renforcer la  législation autour de l’étiquetage obligatoire et de la visibilité des informations fournies.

Les chiffres parlent d’eux mêmes ; dans une enquête de l’INPES ( Institut National de Prévention et d'Education pour la santé )

  • 4 français sur 5 ont des difficultés à respecter les principales recommandations communiquées dans le cadre du PNNS (Programme National Nutrition Santé)( Slogans tels que « éviter les grignotages », « manger 5 fruits et légumes par jour»)
  • Seuls 27% des consommateurs comprennent l’étiquetage nutritionnel !

Pourquoi est ce si compliqué de comprendre un étiquetage alimentaire ?

Quand on souhaite évaluer l’intérêt nutritionnel d’un produit dans les rayons de nos magasins, on se lance dans une véritable opération casse-tête … On dispose de données fournies dans un tableau compexe de valeurs nutritionnelles et de la liste des ingrédients , en taille typographique souvent très réduite et dans un langage scientifique souvent inaccessible au plus grand nombre. Appréhender la valeur nutritionnelle d’un produit est compliqué mais tenter en plus de le comparer à un autre est mission impossible.

Sur ce dernier point, une proposition destinée à la Ministre des Affaires Sociales (en charge de la Santé) est portée par une association de consommateurs à partir d’un rapport réalisé par le Professeur Hercberg et décrivant des mesures simples contribuant à l’amélioration de l’alimentation des français. Le timing est, bien sûr, opportun car la ministre doit soumettre sous peu la prochaine loi de santé publique.

Parmi ces mesures, une retient tout particulièrement notre attention ; il s’agit de donner à chaque produit alimentaire une note globale sous la forme d’une lettre associée à une couleur ( échelle nutritionnelle). C’est donc d’un étiquetage visuel, simple et harmonisé que pourrait bénéficier l’ensemble des consommateurs. A titre d’exemple, une pastille avec un A de couleur verte représenterait un aliment de la meilleure qualité nutritionnelle possible sur cette échelle à l’inverse de la lettre E (couleur rouge). Ce logo coloré se trouverait sur la face avant de l’emballage pour être facilement repérable. La lettre est atrribuée sur la base d’un score international pondérant deux types de données

  • Les indicateurs en faveur d’une mauvaise qualité nutritionnelle : La densité energétique, l’apport en sucre, en acides gras saturés et en sel
  • Les indicateurs en faveur d’une bonne qualité nutritionnelle : Les fibres, les protéines et les Fruits et Légumes.

Plus le score est bas, meilleure est la qualité nutritionnelle tendant ainsi vers une lettre A ou B.

                                                            

Les bénéfices pour les consommateurs sont faciles à imaginer

  • Dans un même rayon,  favoriser les produits de meilleure valeur nutritionnelle au sein d’une même catégorie ( exemple: si on cherche des gateaux, on peut comparer l'apport des gaufrettes par rapport aux madeleines)
  • Différencier les marques pour un même produit ( une fois que l'on a choisi les madeleines, on peut repérer la marque de meilleure valeur nutritionnelle).

Un projet intéressant et qui semble recueillir un avis favorable par les consommateurs eux mêmes au travers un sondage réalisé au niveau national.

Pour nous praticiens, la tâche serait aussi plus aisée par une éducation aux principes nutritionnels beaucoup plus accessible et concrète

Il a reçu  un avis favorable de nos autorités de santé ...

A quand sa mise en place ?


Intoxication médiatique à la framboise …

 

Vous êtes probablement inondés de Mails et Spams vantant tel nouveau régime ou tel produit miracle … Surtout si vous n'avez pas résisté à la tentation d'entrer un jour, par curiosité, de cliquer sur un des sites en question ou de répondre en ligne à certains questionnaires sur le sujet.

Alors c’est certain, vous n’avez pas pu échapper à la nouvelle mode qui fait rage : celle de l’utilisation de compléments alimentaires à base de cétones de framboises. Les supposées photos avant/après des personnes apparaissant dans la publicité sont juste impressionnantes ! Vous vous surprenez ainsi à  douter… Et si on l’avait trouvé ce bruleur de graisses miracle qui  fait fondre comme de la neige au soleil sans le moindre effort ?

Alors quoi retenir ?
1-  Les cétones de framboise sont des composés utilisés depuis longtemps en parfumerie mais aussi comme additif alimentaire

2- On peut les utiliser sous forme naturelle mais leur extraction à partir des fruits est très prohibitive. En l’occurrence, la version proposée dans les compléments alimentaires en question est synthétique et beaucoup moins onéreuse.

3- Les seules démonstrations de l'efficacité des cétones de framboise ont été réalisées sur des modèles animaux et in vitro (c’est à dire sur des cellules isolées dans des tubes à essais). Cela signifie donc qu’aucune donnée scientifique établie  n’est à disposition pour l’humain.

4-  Cette efficacité porterait sur le métabolisme des graisses entrainant une diminution du tissu graisseux (tissu adipeux) par probable diminution du stockage de ces mêmes graisses. Pour mémoire, cela à été démontré uniquement chez l’animal et déduit d’études souvent contradictoires.

5- En ce qui concerne la toxicité de ces cétones de framboise, hormis l’allergie aux framboises, il n’existe pas de données fiables pour l’humain. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’existe pas d’effets secondaires. Des cas de nervosité, d'élévation de la pression artérielle, de tachycardie, de bouffées de chaleur et autres ont été rapportés.

Ainsi, comme on pouvait s’y attendre, on exploite quelques données animales expérimentales pour proposer LE nouveau composé miracle !! On accompagne les modalités de prise de ces compléments alimentaires de règles hygiéno-diététiques d’usage et notamment d'une réduction de la consommation calorique. Les patients soucieux d’être dans les meilleures conditions possibles pour mener à bien leur processus d’amincissement  suivent ces consignes et peuvent perdre du poids, attribuant aux cétones de framboises la  réduction de leur poids … quand réduction de leur poids il y a !

Autant ainsi rester aux pratiques qui ont démontré leur efficacité sur le poids et leurs bénéfices sur la santé .. Faire du sport , manger de manière saine et équilibrée !!  et ce en toute sécurité ...